Données sociales Egalité des Hommes et des Femmes

La Branche professionnelle du commerce de détail des fruits et légumes, épicerie et produits laitiers

Au 31 décembre 2008, la Branche professionnelle du commerce de détail des fruits et légumes, épicerie et produits laitiers recouvrait environ 69 000 salariés.

Les travailleurs non-salariés sont aussi nombreux, mais ne seront pas traités dans cette partie, qui ne porte que sur le comparatif objectif des catégories socioprofessionnelles en vue de résorber les éventuelles inégalités qui pourraient être constatées.

Dans un premier état des lieux, les effectifs ont été répartis de la façon suivante :

Répartition entre les hommes et les femmes,

Répartition des hommes et des femmes au sein des classifications professionnelles.

Dans un second temps, il est apparu nécessaire, compte tenu des spécificités du commerce de détail alimentaire, de distinguer la répartition des effectifs selon le mode d’organisation du temps de travail (à temps plein ou à temps partiel).

En effet, le temps partiel est très fréquent dans les métiers étudiés (environ 48% des effectifs), ce qui va permettre de mesurer notamment l’impact du temps partiel sur la rémunération.

Ceci fait l’objet de la troisième étape de l’analyse.

Ainsi, dans la troisième étape de l’analyse, il est possible de dégager les écarts de rémunération entre les hommes et les femmes ainsi que les éléments influant sur l’évolution de ceux-ci.

Enfin, la quatrième et dernière étape consiste à analyser les évolutions de carrière, en prenant en compte les éléments pouvant l’affecter tels que :

- l’âge,

- l’ancienneté,

- le mouvement de personnel,

- ou encore la nature des contrats souscrits.

I. Les effectifs de la branche professionnelle

Tableau 1 : la répartition des effectifs de la branche selon le sexe

(source I+C, AG2R)


Les effectifs au 31/12/2008 ont étés évalués à environ 69 000 salariés. Les femmes sont plus nombreuses dans la Branche professionnelle que les hommes : on compte 39 984 femmes pour 29 065 hommes.

Les femmes représentent donc 57% des effectifs de la Branche et les hommes 43%.

Tableau 2 : la répartition des effectifs des hommes et des femmes par classification

(source I+C, AG2R)

Les salariés de la convention collective n°3244 relèvent en grande partie de la catégorie socioprofessionnelle des employés qui représente 62 940 salariés sur un total de plus de 69 000 salariés.



Les cadres représentent une catégorie socioprofessionnelle peu représentée avec environ 4 600 salariés. Il est à noter que les chefs d’entreprises et leurs conjoints ne sont, en général, pas des cadres salariés, et choisissent le statut des travailleurs non-salariés (TNS).


On relève surtout le très faible nombre de catégories intermédiaires avec seulement 1 550 salariés, soit moins d’agents de maîtrise que les cadres.

En ce qui concerne la répartition des hommes et des femmes au sein des catégories professionnelles :

On observe que les femmes, avec 37 895 salariées, sont plus présentes que les hommes (25 045 salariés) dans la catégorie des ouvriers & employés.

En revanche, elles sont moins nombreuses que les hommes chez les agents de maîtrise avec 640 salariées pour 912 agents de maîtrise masculins.

Chez les cadres, elles sont deux fois moins nombreuses à exercer cette fonction que les hommes qui représentent 3 108 cadres contre 1 449 cadres femmes.

II. L'organisation du travail dans la branche professionnelle

L’analyse de l’organisation du travail consiste à mesurer l’impact de l’organisation du temps de travail (temps plein ou temps partiel) sur les évolutions de carrière et sur la rémunération.

Tableau 1 : la répartition des effectifs selon l’organisation du temps de travail

(source I+C, AG2R)

Ainsi, concernant les salariés à temps plein, il y a 23 637 femmes et 22 663 hommes travaillant à temps plein dans la Branche.

A contrario, on énumère 22 749 salariés à temps partiel. C’est autour des temps partiels que l’écart, entre les hommes et les femmes, se creuse.

En effet, les femmes sont majoritairement concernées par le travail à temps partiel car on compte près de 2/3 de femmes dans la population travaillant à temps partiel :

-on énumère 16 347 femmes contre 6 402 hommes travaillant à temps partiel.



Tableau 2 : L’âge moyen des effectifs selon l’organisation du temps de travail

(source I+C, AG2R)

Il convient de relever que, dans la Branche, l’âge est souvent un facteur de recours au temps partiel.

En effet, en rapprochant le tableau 1 et le tableau 2 reproduits ci-dessus, on constate que le recours au temps partiel est plus important chez les salariés dont la moyenne d’âge est plus élevée.

Pour illustration, les hommes et les femmes à temps partiel sont globalement plus âgés que leurs collègues à temps plein :

Les femmes à temps plein ont en moyenne 38,7 ans alors que les femmes à temps partiel ont en moyenne 41,1 ans.

Cet écart d’âge constaté chez les femmes est moins important chez les hommes puisqu’à temps plein leur moyenne d’âge est de 38,2 ans, tandis qu’à temps partiel elle s’élève à 39 ans.

Il convient de rappeler que les femmes sont plus souvent employées à temps partiel que les hommes. Elles représentent également la moyenne d’âge la plus élevée des salariés de la Branche.

III. La rémunération par catégorie socioprofessionnelle

Il est apparu judicieux de séparer la rémunération moyenne des salariés à temps partiel des salariés à temps plein, avant d’en tirer une constatation globale.

Part importante des salariés de la Branche professionnelle, on observe que les femmes sont globalement mieux rémunérées que les hommes, sauf dans les catégories intermédiaires.

Tableau 1 : la rémunération moyenne des hommes et des femmes à temps plein

(source I+C, AG2R)

Ainsi, les hommes et les femmes sont à rémunération presque équivalente chez les ouvriers et employés. Pour un moyenne de 12 752€/an, les hommes se placent à 12 852€ et les femmes à 12 652€.

Pourtant moins présentes que les hommes dans la catégorie des cadres, les femmes à temps plein sont globalement mieux rémunérées. Le salaire médian des cadres étant de 27 159€ annuels, les femmes sont bien au-dessus à 28 462€/an et les cadres hommes sont globalement rémunérés à hauteur de 25 857€/an.

Ce n’est pas le cas des agents de maîtrise où les hommes une rémunération bien supérieure aux femmes : Elles sont rémunérées 22 060€ annuels contre 24 340€ annuels pour les hommes.

La moyenne globale, toute catégorie professionnelles confondues, révèle que les hommes et les femmes ont une rémunération moyenne équivalente :

Un homme est rémunéré en moyenne 21 016€ par an, et une femme est rémunérée en moyenne 21 058€ par an.

Tableau 2 : la rémunération moyenne des hommes et des femmes à temps partiel

(source I+C, AG2R)

Les femmes à temps partiel sont en général mieux rémunérées que les hommes dans la catégorie des ouvriers / employés et des agents de maîtrise, surtout chez les ouvriers employés : les femmes sont rémunérées en moyenne à 8 068€/an contre 5 618€/an pour les hommes.

Attention : les données suivantes ne peuvent être pondérées en fonction des différentes amplitudes horaires de chaque temps partiel, dans la mesure où ces données n’ont pas été communiquées.

Chez les cadres, la tendance est inversée par rapport aux salariés à temps plein : cette fois ce sont les hommes qui ont un salaire moyen plus élevé que les femmes avec 16 417€/an pour les hommes contre moins de 16 000€/an pour les femmes.

Tableau 3 : la rémunération moyenne des hommes et des femmes (temps partiel + plein)

(source I+C, AG2R)

Globalement, le salaire moyen de la Branche, toutes catégories confondues, est d’environ 16 500€, sans que l’on puisse constater d’écart conséquent entre les hommes (16 200€ moyenne) et les femmes (16 800€ moyenne).
Les ouvriers et employés ont une rémunération moyenne globale de 9 800 €.

Les agents de maîtrise et techniciens ont un salaire moyen d’environ 18 000€, et le salaire moyen des cadres s’élève autour de 21 700€.

IV. les facteurs agissant sur les évolutions professionnelles

Plusieurs éléments peuvent avoir une incidence sur l’évolution de la carrière d’un salarié de la Branche : l’ancienneté et donc la rémunération, l’âge d’un salarié sur sa classification professionnelle et un éventuel recours au temps partiel.

Ensuite, les mouvements de personnel et la nature des contrats de travail souscrits (CDD, CDI ou apprentissage) sont également des facteurs à prendre en compte.

Par conséquent, on peut considérer que les éléments pouvant avoir de l’incidence sur les évolutions de carrière sont les suivants:

- l’ancienneté

- l’âge

- les mouvements de personnel

- L’ancienneté moyenne des hommes et des femmes

Tableau 1 : l’ancienneté moyenne des hommes et des femmes de la Branche

(source I+C, rapport de branche 2009)



L’ancienneté moyenne des hommes est sensiblement plus élevée que celle des femmes : les hommes ont globalement 7,6 ans d’ancienneté contre 6,8 ans pour les femmes.

La différence d’ancienneté est relative entre les ouvriers / employés d’une part et les agents de maîtrise d’autre part : elle ne s’articule qu’entre 6 et 7 années en moyenne pour chacune de ces catégories.

En revanche, on constate que, l’ancienneté est importante pour l’évolution d’un cadre qui a en général entre 9 et 10 ans d’ancienneté.

2°/ L’âge moyen des hommes et des femmes par classification professionnelle

Tableau 2 : L’âge moyen selon la classification professionnelle

(source I+C, rapport de branche 2009)

L’âge moyen rapporté aux catégories socioprofessionnelles nous permet de constater que l’âge et l’expérience sont des éléments étroitement liés pour évoluer au sein des classifications de la Branche.

On notera que les femmes sont globalement plus âgées que les hommes. Mais, moins présentes chez les cadres, elles sont mieux rémunérées que les hommes.

Nous rappelons également que l’âge a une incidence importante sur le recours au temps partiel, élément non négligeable dans une population où le recours au temps partiel est très important.

3°/ Les mouvements de personnel dans la Branche

Le rapport de Branche 2009, élaboré par l’institut I+C, énonce un taux d’embauche de 21,5% contre un taux de départ de 20%. Soit 14 650 embauches contre 13 650 départs.

Pour les femmes, 61% constituaient des embauches et 63% étaient des départs. Les hommes représentaient 39% des embauches et 37% des départs.

Les départs étaient motivés à 68% par des fins de CDD et à 22% de CDI par des démissions. En revanche les embauches étaient à 44% des CDI et à 46% des CDDs hors alternance.

Tableau récapitulatif
Source : INSEE, DARES, I + C, AG2R



Catégories profes-sionnelles

Ouvriers &

Employés

Techniciens &

Agents de Maîtrise

Cadres

Sexe

H

F

H

F

H

F

Effectif
total au 31/12

25 045

37895

912

640

3108

1449

Durée
 du travail

Temps Complet

18 989

21884

868

528

2806

1225

Temps partiel

6 056

16011

44

112

302

224

Ancienneté moyenne

5.8

5.4

7

6.7

10

9

Age moyen

33.8

35.6

38.2

40.2

43 .7

44.3

Rémunération

Moyenne

9235

10315

18464

17430

21137

22180

base

100

95

105

103

97

97

103

Mouvement du personnel

Total

Hommes

Femmes

Embauches

14 650

5 713

39%

8 937

61%

Départs

13 650

5 050

37%

8 600

63%


Les femmes sont globalement mieux rémunérées que les hommes, sauf dans la catégorie des agents de maîtrise, qui est aussi la catégorie où il y a le moins d’effectifs.

L’âge peut éventuellement être un facteur car les femmes sont aussi en général plus âgées que les hommes.

Autrement dit, on observe que les effectifs masculins et féminins à temps plein se trouvent sur un pied d’égalité en matière de durée du travail, âge et même rémunération.

Les éventuels écarts de rémunération, généralement générés par un important recours au temps partiel par les femmes, semblent avoir été neutralisés car, tout en étant plus âgées, elles détiennent les niveaux les plus élevés de rémunération moyenne.

Fruit Légumes Primeur Fédération Produits laitiers Epicerie Cavistes Metier Adhérents Produits biologiques Crémiers-Fromagers
 
AFFLEC - 5 Rue des Reculettes 75013 Paris - Tél : 01.55.43.31.50